Du succès en Graphisme

Nos graphistes en herbe illustrent l’échec

17 mai 2018, 10:41


À l’automne, une conférence de Francis Gosselin, responsable de contenus chez Fail Camp, organisation visant à légitimer l’échec dans le discours public pour encourager la prise de risques, a donné le ton au projet lancé par la professeure Chantale Daoust dans le cadre du cours Design publicitaire.

Avec pour mandat de développer une campagne publicitaire pour l’un des événements Fail Camp en se basant sur les déclinaisons graphiques possibles entourant le concept de l’échec, les étudiants ont élaboré des maquettes à présenter aux organisateurs. Les projets de cinq talentueux étudiants du Cégep ont été sélectionnés par Fail Camp et les campagnes de promotion ont circulées jusqu’à la mi-mars. Voici un aperçu des cinq projets :


Hommage à la défaite – Claudia Désilets
Avec l’idée de percevoir les défauts dans la finalité, l’étudiante a choisi d’illustrer par une métaphore le concept de l’échec. Ainsi, la célébration d’un événement heureux représente la réussite, et la coupe brisée, qui tient le coup malgré les fissures, représente les échecs endurés pour atteindre cette finalité.


Avez-vous l’étoffe du vainqueur, vous? – Mathilde Jean-Pierre-Antoine
Pour être vainqueur et avoir du succès, il faut vaincre les difficultés qui se présentent. La cravate, étoffe du monde des affaires, est abimée et l’homme l’exhibe fièrement comme un symbole de ses échecs grâce auxquels il a réussi. Cette campagne qui associe deux concepts contraires, soit l’échec et la réussite, s’allie à merveille à l’image de Fail Camp qui veut oser, assumer et dédramatiser l’échec.


Hé non, ce n’est pas mortel l’échec! – Katia Lefebvre
Avec son canard en plastique combiné à ses couleurs vives, la campagne aborde avec humeur le tabou de l’échec. Parce qu’après tout, « on n’en meurt pas »!


Briller par l’échec – Laurie Veilleux
L’échec n’est pas une fin en soi, mais bien souvent le début d’une merveilleuse aventure. Les super-héros sont des modèles de courage et d’inspiration, alors le super-héros « loser », celui qui continue malgré les échecs, est le plus inspirant de tous.


À GO, on plonge dans le risque – Sabrina Larue-Bérubé
Il faut faire face aux obstacles pour avancer, apprendre et réussir. La prise de risque, et l’échec dans certains cas, est une aventure. Pour réussir, il faut avoir confiance en soi et prendre la décision consciente de plonger dans une eau infestée de requins.
 

Félicitations à tous !

 

- Le Service des communications