Deutsche Satzstrukturen

[Principe de base | Règle 1 | Règle 2 | Règle 3 | Règle 4 | Exercices | Activités pédagogiques]

Les exercices suivants portent sur la syntaxe de la phrase allemande. Il s'agit d'un ensemble de 10 modules qui contiennent chacun trois phrases à reconstituer. Vous devez avoir l'extension (plug-in) Schockwave pour faire ces exercices.

On y retrouvera des principales (Hauptsatz) et des subordonnées (Nebensatz).

Principe de base

La phrase allemande est construite selon une syntaxe relativement rigide que l'on décompose de la façon suivante :

Proposition principale (Hauptsatz)

(Vorfeld = avant-champ ; Satzfeld = le champ de la phrase situé entre les verbes 1 et 2 ; Nullfeld = champ zero)

 Vorfeld
Subjekt od. Inversionsignal

 Verb 1

Subjekt

 Satzfeld

Verb 2

 Man

 kann
 

 jeden Morgen hier

 frühstücken.
 Jeden Morgen

 kann

 man

 hier

  frühstücken.

 

Proposition subordonnée (Nebensatz)

Beispiel :

* Ich weiß,

Konjunktion

Subjekt

Satzfeld

 Verb 2

Verb 1

daß 

man 
  jeden Morgen hier

frühstücken

 kann.

 

Quelques règles générales à retenir :

1. Im Hauptsatz steht das Verb an der 2. Stelle.

Dans les principales, le verbe est toujours en deuxième position. Il ne peut y avoir deux informations différentes avant le verbe. Celui-ci sera donc toujours en deuxième place.

Beispiel :

 Paul, Johann und Anna kommen eben von der Apotheke zurück.

Il y a bien sûr quatre mots avant le verbe, mais une seule information, une seule fonction grammaticale, soit le sujet.

2. Nullfeld (le champ zéro).

Les mots suivants ne modifient pas la structure de la phrase. On considère qu'ils s'inscrivent dans le Nullfeld (champ zéro): « ja, nein, doch, und, aber, denn, oder » et toutes les interjections (ach! Donnerwetter, usw.)

Beispiele :

1- Nein, ich habe bis jetzt noch nicht gegessen.
2- Ja, natürlich komme ich mit.

3. Zeit vor Ort.

Le temps vient avant le lieu.

Beispiel :

 Wir gehen jeden Tag (temps) ins Kino (lieu).

4. In den Nebensätzen steht das Verb am Ende.

Dans les propositions subordonnées, le verbe 1 va se placer à la fin de la phrase. Les subordonnées les plus courantes sont introduites par : daß (que, comme dans : je crois que...), weil (parce que), tous les pronoms interrogatifs dans le style indirect ( ich weiß nicht, wann er kommt), les relatives (l'homme que l'on voit...).

Beispiele :

1- Ich komme nicht, weil ich keine Lust habe.
2- Er wußte nicht, daß sein Freund um 9 Uhr ankommen sollte.
3- Ja, das ist der Mann, den wir gestern im Fersehen gesehen haben.




Et maintenant, à vous de jouer. N'oubliez pas d'installer Shockwave.

 Exercices

Pour revenir à cette page :